L’Entrée du port de Trouville

L’Entrée du port de Trouville

L’Entrée du port de Trouville

Origine et date: 
L’Entrée du port de Trouville, 1888, Huile sur acajou.
H. 32,4 ; l. 40,9 cm
Londres, The National Gallery, par l’intermédiaire du Art Fund, 1906.
Artiste(s): 
1824
1898

Cette petite scène portuaire fut acquise directement de l’artiste en 1889 par Pieter van der Velde, collectionneur du Havre, pour 300 francs. En 1905 le comité en charge du French Impressionist Fund, dirigé par Frank Rutter, critique d’art du Sunday Times, acheta ce tableau à van der Velde pour la somme de £120 et l’offrit à la National Gallery l’année suivante, par l’intermédiaire du National Art Collection Fund. Ces faits cachent en réalité une histoire compliquée. Le comité espérait offrir une œuvre plus audacieuse, le Lavacourt sous la neige de Monet (cat. 00), mais il avait pressenti que le musée n’accepterait pas ce tableau.

Le comité se vit opposer l’argument que Monet était encore vivant – contrairement à Boudin –, mais la vraie raison était que certains membres du conseil d’administration ne voulaient pas voir entrer les œuvres de rebelles français tels que Monet dans la collection nationale. Ils n’étaient pas davantage disposés à accepter un tableau ayant appartenu à l’organisateur de la très commerciale exposition des Grafton Galleries, Paul Durand-Ruel. Le Boudin était un compromis non entaché de polémique, et il fallut attendre 1917 – Monet était toujours de ce monde – pour que Lavacourt devienne le premier Monet à entrer à la National Gallery, à la suite du legs inattendu de Hugh Lane1.

 

1. Sur cette histoire, voir Prettejohn 1994.

 

< Revenir au parcours numérique